Au cœur de la Normandie, autour de Bayeux, la cité médiévale aux portes des plages du Débarquement, ...[+]

Evenement en Normandie
Fetes et manifestations en Normandie
<a href="web/actualite/index.php">Actualités</a>
...histoires de bord de mer
Bessin-les-bains...

...histoires de bord de mer

Plus connues de nos jours pour le débarquement allié du 6 juin 1944, les plages du Bessin sont également des stations balnéaires, qui, pour certaines, ne datent pas d'hier ! Avec la mode des bains de mer, Asnelles, Arromanches, Courseulles-sur-Mer, Vierville-sur-Mer ou encore Grandcamp-Maisy ont vu fleurir sur leur côte, villas, casinos et cabines de plages grâce à l'essor du transport ferroviaire et la mise en service dès 1858 de la ligne Paris-Caen-Cherbourg.

La mode des bains de mer dans le Bessin

Ce sont d'abord les vertus thérapeutiques de l'air iodé et de l'eau de mer qui font venir les premiers « touristes » sur la côte normande. Puis, le plaisir de la baignade et des jeux de plage attirent les familles bourgeoises de la capitale. Pour les accueillir, les pensions de famille ou les locations chez l'habitant ne suffisent pas. On ouvre alors des hôtels (l'Hôtel Belle-Plage et Grand Hôtel des Bains à Asnelles, Hôtel des Touristes à Vierville…) et des villas cossues se construisent sur le front de mer (Villa Les Tourelles à Arromanches, Villa Les Hirondelles à Grandcamp-Maisy…). En 1884 à Courseulles-sur-Mer, une décision préfectorale instaure le droit à l'installation de cabines pendant la saison des bains de mer et le droit d'en percevoir une redevance, sans compter l'installation de chaises et de kiosques destinés à la vente de journaux et de pâtisseries sur la plage.

La promotion touristique des années 30

Dans un livret publicitaire, 'Les Plages du Canton de Trévières', créé et publié en 1932 par un imprimeur de Trévières, on peut lire à propos de la station de Vierville-sur-Mer : « Le touriste qui cherche pour se reposer les plages calmes et tranquilles, ne peut mieux trouver que celles du Bessin, ces belles plages aux merveilleux sables d'or ». Plus loin, on y invite les touristes aux joies de la plage : « Cette mer qui s'avance et se retire (…) cette poussière dorée qui fait la joie des enfants (…) la joie des parents prenant part aux ébats de leurs bambins assis dans de confortables fauteuils, ou installés dans les jolies cabines, bercés par le murmure de cette mer qui semble chanter les beautés de notre merveilleux pays ». Pour finir, on y explique tous les avantages de la station : « (…) bref le bourg est des mieux approvisionné et l'on y trouve tout ce dont on peut avoir besoin, à des prix abordables car jusqu'à présent les coups de fusils sont inconnus sur nos plages ». Ironique quand on sait que 12 ans plus tard, cette même Plage des Sables d'Or sera surnommée 'Bloody Omaha' !

 

›› Consulter tous les magazines
Retour de plage...

1, 2, 3 tours de glace d'Isigny

1, 2, 3 tours de glace d'Isigny

Après la plage, que diriez-vous d'une "petite" glace ? On le sait moins mais dans le Bessin, ça fait 40 ans que l'on fabrique des glaces à la coopérative laitière d'Isigny-Sainte-Mère. Un succès qui fonctionne par le bouche-à-oreille...

Tout l'été, on peut déguster 1 tour, 2 tours ou 3 tours de glaces, faites maison à la bonne crème d'Isigny et servies à l'Italienne de façon très généreuse. Chaque jour, en plus de la vanille, un nouveau parfum est proposé : café, chocolat, fraise, nougat et même pomme. A 1euro le tour, c'est l'affluence devant les machines. Certains gourmands sont prêts à faire un grand détour et patientent parfois près de 45 minutes pour obtenir leur glace !

La Coopérative Isigny-Sainte-Mère fête ses 80 ans !
(cliquez ici pour plus d'infos)

crédits photos Glace Isigny Cote Manche

Création, hébergement : Net Conception